Programme Euromed Audiovisuel

 

 

 

Evaluation à mi-parcours

                     

                     Rapport de Mission

                                                                         

 

Objet : Cinema Med

 

 

Naples, 24-26 octobre 2002

 

 

 

 

Contrat-cadre AMS/451 – Lot n° 9

Lettre de marché n° 2002/27808 avec GICO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapport préparé par Catherine Lecoq, expert 1 chef d’équipe Euromed Audiovisuel

 

 

 

Ce rapport ne reflète que l’opinion des experts et n’engage nullement la Commission européenne.


 

 

Rapport de Mission

 

Naples 24-26 octobre 2002

 

 

 

Objet : évaluation à mi-parcours du projet Cinema Med

 

Lieu : Naples dans les locaux de la Fondazione Laboratorio Mediterraneo Onlus

 

Date : 24 au 26 octobre 2002

 

Participants : le 24 (Michele Capasso, Caterina Arcidiacono, Catherine Lecoq expert 1), le 25 (Michele Capasso et son équipe, Catherine Lecoq expert 1), le 26 (Michele Capasso, Caterina Arcidiacono, Catherine Lecoq expert 1)

 

 

 

 

Introduction

Le programme Cinema Med est particulièrement intéressant en ce sens qu’il associe dans son travail à la fois le cinéma du patrimoine et le cinéma contemporain sous leurs divers aspects. En effet, la valorisation du cinéma arabo-méditerranéen récent s’est déroulée à travers un festival itinérant circulant principalement dans les pays du sud de l’Union européenne (Italie, Espagne, Portugal) avec une incursion à Edimbourg (Ecosse) et Amman (Jordanie). La valorisation du cinéma du patrimoine s’est faite à travers l’hommage rendu à la Cinémathèque algérienne puis celui qui sera rendu prochainement au grand cinéaste égyptien Salah Abu Seif en montrant une rétrospective de son œuvre (8 longs métrages et 1 court métrage) dans quelques villes de l’Union européenne. La restauration de la première œuvre (documentaire très abîmé dans un incendie à Turin) de ce maître du cinéma égyptien a été prise en charge financièrement par Euromed Audiovisuel et réalisée par la Cinémathèque de Bologne. Toutes ces opérations ont et seront accompagnées de catalogues de référence très documentés, rédigés en collaboration avec des historiens spécialisés. Quant au cinéma arabo-méditerranéen du futur, il bénéficie d’une formation pour scénaristes appelée « programme Aristote » soutenue par Euromed Audiovisuel et ayant associé jusqu’à maintenant l’Académie des Beaux Arts du Liban (Beyrouth) et l’Université Cadi Ayyad du Maroc (Marrakech). La session prévue à Marrakech se tiendra entre le 12 et le 18 décembre 2002 dans les locaux de l’Université.

 

 

Déroulement de la mission

Le premier jour a permis de faire connaissance entre participants et avec l’ensemble du programme Cinema Med de manière informelle. La réunion suivie d’un dîner a permis de saisir déjà l’importance des activités menées et la position particulière de Cinema Med au sein de la Fondation du laboratoire méditerranéen qui  a constituée en 1998 l’Académie de la Méditerranée celle-ci abritant depuis peu la Maison de la Méditerranée. La Fondation est née en 1994 en vue de l’introduction d’un programme spécifique pour la Méditerranée et dont le siège central est situé au cœur de Naples (24 personnes). Un bureau à Rome existe aussi. Michele Capasso est le directeur général de la Maison de la Méditerranée et président de la Fondation du laboratoire méditerranéen, Caterina Arcidiacono en étant la vice-présidente. Un festival itinérant existait déjà auparavant et fut ensuite intégré à Cinema Med dès l’existence du programme en mars 2000. Le budget est le moins important des six projets Euromed Audiovisuel. Cinema Med rassemble un certain nombre de partenaires autour de lui qui vise à faire exister au mieux les différentes lignes du programme.

La journée du 25 octobre s’est presque entièrement déroulée dans les bureaux de la Fondation du Laboratoire méditerranéen. Cinema Med fait travailler environ 5 personnes et une nouvelle assistante va bientôt intégrer l’équipe à compter de ce mois-ci. C’est pourquoi celle-ci a été présente la plupart du temps pendant l’entretien entre M. Capasso et l’expert 1. Une documentation importante autant qu’impressionnante a été mise à disposition de l’expert. En ce qui concerne le Festival itinérant, un catalogue de grande qualité a été fait, remis gratuitement aux spectateurs et des débats ont été organisés après les projections. A la fin de l’année, un catalogue des Cinémathèques sera publié (750 ex) ainsi que le catalogue sur Salah Abu Seif qui sera distribué pour la première fois à Marrakech lors de la session de formation de scénaristes. Tous les catalogues sont imprimés à Naples. Il faut ajouter que tous les films montrés durant le festival itinérant sont des films en location et que Cinema Med dispose de 2 copies par film toutes en dépôt à Rome.

Quant à la rétrospective des films du cinéaste égyptien, celle-ci devrait avoir lieu à Bologne et Naples en décembre 2002 et Toulouse en janvier 2003. Michele Capasso est passionné par la culture de cette région de son pays (la Campanie) et le programme Cinema Med profite de sa grande connaissance du bassin méditerranéen et de son peuple, ayant lui-même personnellement mené des actions d’importance en ex-Yougoslavie et édité des livres sur le sujet. Ceci pour dire l’importance qu’il attache à un prolongement de cette action, déplorant que la fin des moyens alloués ne permette plus de continuer de répondre aujourd’hui à certaines demandes : reprise de l’édition des newsletters (deux seulement ont pu être réalisées à ce jour et envoyées au nombre de 8000 chacune),  continuation  pour le festival du cinéma des pays arabo-méditerranéens en direction d’autres lieux demandeurs comme Tunis,  Naples, Athènes en 2003 et enfin suivi des scénaristes retenus dans le programme « Aristote ». Ce programme se déroulera à Marrakech en décembre reprenant la même formule que celle suivie à Beyrouth en juillet 2002. 

Une mission menée par l’expert 3 à Marrakech permettra d’aller plus en détails sur le déroulement et le bien-fondé du programme  « Aristote » et d’en tirer des conclusions.

 

Cette journée a également permis le visionnage de plusieurs vidéos :

 

-          1 vidéo de présentation de la Fondation/Académie/Maison de la Méditerranée

-          1 vidéo tournée durant le festival itinérant à Edimbourg (3h en tout) comportant de nombreux interviews de cinéastes dont les films sont montrés au public

-          1 vidéo (1h) tournée après le festival de Palerme (co-production région de Palerme) qui montre une démonstration Cinema Med en direction des pays arabes.

 

 

La dernière journée a également permis une visite approfondie des locaux et leur utilisation.

Chaque étage de ce grand et bel immeuble représente un secteur particulier des activités de la Maison de la Méditerranée. Le rez-de-chaussée sera bientôt aménagé en hall d’exposition. Quant à la partie sous les toits, elle est totalement rénovée jouissant d’un bel espace polyvalent pouvant servir aussi bien à des conférences qu’à des expositions multiples. La terrasse est également aménagée et a déjà servi pour des événements importants réunissant de nombreuses personnalités venant de tous pays. Cet immeuble représente en plein centre de Naples un lieu de culture important qui ne demande qu’à se développer. Euromed Audiovisuel pourrait parfaitement s’intégrer et trouver sa place dans ce lieu culturel entièrement voué à la Méditerranée. Ce serait peut-être là  une manière de donner une  certaine visibilité à ce programme dans le sud de l’Union européenne d’une façon efficace et originale. La ville de Naples est consciente de son importance culturelle liée aux pays de la Méditerranée et au rôle qu’elle pourrait tenir au milieu de toutes ces structures existantes mises en place pour le développement et les échanges culturels de part et d’autre des deux  rives de la mer.

 

   

Conclusion

Cinema Med, avec un budget réduit, a accompli un certain nombre d’actions visibles. Il est dommage qu’il ne soit pas donné la possibilité de continuer de  voir un festival de films arabo-méditerranéens dans une ville des pays de l’Union européenne ou dans celles des pays partenaires méditerranéens. Le festival est arrêté faute d’avoir épuisé son budget (budget réduit à la base). Il faut espérer que la Commission européenne a pu évaluer au moins un festival sur le terrain et que l’expert pourra apporter un complément d’évaluation surtout en ce qui concerne le festival Salah Abu Seif, prévu à la fin de l’année 2002 et janvier 2003 dans quelques villes. Difficile sans cela de mesurer l’impact sur le public, la qualité des projection des films et l’état des copies ainsi que la manière dont le public et la presse sont informés. L’ensemble de ces programmations de festivals permettent de faire travailler ensemble des cinémathèques et d’échanger des savoir-faire en plus des copies de films : collaborations entre la Cinémathèque de Lisbonne et la Cinémathèque d’Alger, entre la Cinémathèque de Bologne et le Ministère de la Culture du Caire, programmation de films égyptiens détenus par la Cinémathèque de Lisbonne, présentation d’une sélection des meilleurs films arabo-méditerranéens de ces 10 dernières années, destinée à l’éducation d’un public peu habitué au visionnage de ce genre de films (voir vidéo Edimbourg).

Tout tourne autour des échanges humains, des mises en relations et des compétences de chacun. Le public est important et joue son rôle d’indicateur de satisfaction. Un travail a été accompli et ce serait dommage d’en rester là. Chaque action menée est à reconsidérer. Le travail de restauration, tout comme le travail d’archive, est souvent peu mis en valeur. Grâce à Euromed Audiovisuel, il a pu regagner un peu de terrain et essayer de trouver le chemin du public. Par contre, un soutien financier additionnel aux festivals et à la formation « Aristote » semble indispensable rapidement afin de ne pas marquer une trop grande rupture dans ce programme qui touche à sa fin au premier trimestre 2003. Reste à recadrer l’ensemble pour améliorer l’impact souhaité considérant que les bonnes volontés et les passions ne manquent pas. Une meilleure collaboration avec les autres projets Euromed Audiovisuel est évidemment souhaitable.